Foire Sainte-Catherine en 1930

Chaque année depuis plus de 500 ans, Altkirch accueille sa célèbre Foire Sainte-Catherine, le jeudi suivant le 25 novembre. Cette foire, la plus ancienne foire agricole d’Alsace, est un rendez-vous incontournable. Les tracteurs, moissonneuses-batteuses et autres machines agricoles ont remplacé vaches et bovins.

Quelques bestiaux présents lors de cette grande foire témoignent encore de ce prestigieux passé agricole de notre Sundgau. Mais à quoi ressemblaient ces retrouvailles paysannes d’autrefois ? Il reste encore des témoignages écrits des anciens et nous avons choisi de vous relater celui de Madame Gevin-Cassal, Sundgauvienne. Son témoignage date de l’année 1930.

 

fioriture-200

Katrina Mart à Altkirch en 1930

« La grande attraction d’Altkirch, c’était la foire qui se tenait chaque mois autour de la halle au blé. Cette foire attire la foule des marchands du voisinage (aussi dense qu’une nuée de sauterelles). Ce jour-là, le silence habituel est rompu, car il est des plus mouvementés, ce marché où la ruse se mesure avec la ruse, et c’est très pittoresque. C’est sur ce terrain qu’il faut voir les maquignons aux prises avec leurs ennemis nés, ces fameux Dannemariens, qui seraient d’une assez joli force, à en croire le proverbe : « Fer a Dammerkircher z’mache, brücht me siebe Jude ! Aber fer’na Basler z’mache, brücht me siebe Dammerkircher ! «  (Sept juifs pour un Dannemarien, mais sept Dannemariens pour un Balois).

Un porc ou un sac de blé … se marchande durant des heures. Point d’avocat ne parlerait si longtemps ni si bien … On se frappe mutuellement sur l’épaule, on se bat la poitrine à grands coups de poing pour affirmer son honnêteté, on jure par tous les dieux et par tous les diables.

foire-ste-catherine-02Les marchands de bestiaux à la foire Sainte-Catherine d’Altkirch

Dans ces luttes, souvent le Sundgauer carré sait garder un calme relatif, croisant ses bras robustes ; sa blaude (blouse longue, portée sur le pantalon, ndlr) toute neuve, son grand feutre lui ombrant le visage. L’autre cependant se trémousse dans sa houppelande (vaste manteau long, ndlr) avachie, la casquette crasseuse de travers, les gestes anguleux, la tête penchée, son petit œil noir pénétrant l’œil bleu du Sundgauer, où il épie le plus fugitif indice, prêt à tout, comme un bretteur qui tâte le fer ennemi ! Quelquefois, par sa mimique, son regard et ses feintes, il exerce une réelle fascination. Dame ! Tout le monde n’est pas Dannemarien.
Telle vache, dont le pis gonflé semble prêt à éclater, qu’on offre comme laitière suisse « numéro un », n’a pas été traite depuis trois jours ; c’est une pauvre bête affamée et usée. Tel cheval qui piaffe, l’œil brillant, le nez au vent, a absorbé du « sel de vie » fourni par quelques compères. Pauvre haridelle poussive ! Dégrisée demain, elle ne vaudra même plus le misérable roussin qui tourne l’arbre de la brasserie !

Écoutez-les batailler, tout en se serrant amicalement la main.
Écoutez-les jurer ! Car, juifs ou chrétiens, plus ou moins bavards, ils se ressemblent tous par ce point : l’abondance et l’éclat des jurons qui ponctuent leur langage. Chaque canton est reconnaissable.
Celui-ci qui traite cordialement son compère de « verreckte Kaïb ! » est un Altkirchois pur-sang ; le « Gott verdammi ! » à tout bout de phrase est mulhousois (sic) ; « du b’segnete Keib ! dü b’segneti Matz ! du b’segnete Hund ! » dit le Ferrettois, qui bénit tout, jusqu’au diable ; pour ceux de l’autre côté du Blauen, au contraire, tout est possédé : « dü b’sessene Schimmel, dü b’sesse Schof! » c’est de Buschwiller ou de Leymen ; sans oublier le « kalbetriebte Siech ! » de Grentzingen. »

Témoignage tiré du livre de Maurice Higelin, datant de 1930 (titre et édition inconnus)

fioriture-200

 

foire-ste-catherine-03Foire Sainte-Catherine, sous la neige, jeudi 28 novembre 1996
(photo : Journal L’Alsace)

Hélas, l’arrivée des automobiles et des camions et le recul général des cultures et de l’élevage auront raison peu à peu de ces grandes retrouvailles paysannes d’autrefois.
Il est vrai qu’on ne fait plus commerce de grains sur la place de la Halle au blé, mais quelques bestiaux présents lors de cette grande foire témoignent encore de ce prestigieux passé agricole de notre Sundgau. Et encore et toujours, le traditionnel vin chaud réchauffe bien des cœurs et … des corps !
Et … Rendez-vous à la prochaine foire Sainte-Catherine à Altkirch.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *