Départ à la retraite d’un gendarme

La petite boîte dorée, enfouie sous des fascicules et de nombreux documents vieillots et vieillis, contient quelques photos jaunies et… deux feuillets écornés et ridés. Fascinée depuis toujours par les « vieux papiers », je les déplie délicatement et tombe sous le charme de ce texte.

gendarme-retraite

Revenons quelques décennies en arrière. Nous sommes dans les années 60, dans une gendarmerie locale qui fête le départ à la retraite du chef de la brigade. Comme de coutume, un gendarme « poète » est désigné pour composer le discours. On peut être gendarme et manier la langue française avec art et brio. Jugez-en.

fioriture-200

Souvenirs à un chef

Que la vie est quelquefois étrange,
Souvent elle nous fait souffrir et lutter,
Voyez ce gendarme, ce soldat de France,
Demain, il veut nous quitter.

Que lui avons-nous fait pour qu’il veuille partir ?
Se retirer de la grande Famille,
Est-ce pour son bonheur, son plaisir,
Pour qu’il dise « Adieu » à la Gendarmerie ?

Est-ce pour se venger des déboires
Qu’il a connus dans sa carrière ?
Est-ce un acte de désespoir
Ou se plaint-il du service trop sévère ?

Peut-être ses gendarmes sont-ils pour quelque chose,
Mais dans ce cas, je voudrais bien en connaître la cause
Car, pour nous, l’Adjudant-chef, c’était un type
Comme on n’en trouve pas un pareil dans chaque équipe.

Non, tout cela n’est pas la cause de sa décision,
N’a-t-il pas servi sa patrie avec fierté ?
N’a-t-il pas toujours pris plaisir aux missions,
Servi et protégé la société ?

La cause, la vraie, la voilà,
C’est le règlement, c’est la Loi,
La Loi qui ordonne,
Elle qui est bonne,
Elle qui protège et préserve
Tous citoyens sans réserve.

Mon Adjudant-chef, c’est elle qui dit que c’est assez,
Aux jeunes maintenant de vous remplacer,
Estimant que vous avez assez travaillé,
Elle vous commande de vous reposer.

Finies pour vous les enquêtes, les tournées,
Finis les vols et les accidents de route,
Les écritures à longueur de journée
Qui souvent vous ont empêché de casser la croûte.

Quant à vos gendarmes de la résidence,
De nous autres qui devons rester sur place,
Veuillez accepter en notre reconnaissance,
Un petit souvenir de notre Alsace.

Puissent ces quelques mots vous témoigner
Combien grand est notre dévouement,
Même lorsque nous serons éloignés,
Avec vous seront le cœur, le respect, nos sentiments.

Et maintenant, un bon coup nous allons boire,
Non pas pour vous dire « Adieu »
…………….. Mais tout simplement « Au revoir ».

Gendarme F. M.

gendarme-03
C’est beau, c’est émouvant. Ce texte démontre que les « résidents » de la gendarmerie d’une petite ville d’Alsace aimaient faire leur travail, ô combien difficile, qu’être gendarme dans les années 60 dans une petite brigade demandait beaucoup de temps et d’efforts mais apportait également bien des satisfactions.

Ce gendarme « poète », je le connaissais. Dans ses vieux jours, lorsqu’il nous racontait sa vie de gendarme, je comprenais que cette période fut, pour lui, sa femme et ses enfants, un épisode de vie inoubliable.

 

Photos :
- « Huit siècles de gendarmerie », 1967, J.F. Éditions – Paris
- Photo à la Une de l’article : http://www.autocult.fr/2013/une-histoire-de-gendarmes/

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *