Le bouclier spirituel

Réputé pour être le livre des sorciers, le Geistliche Schild est un petit livre de format souvent réduit (5 cm sur 10). Son possesseur est investi de pouvoirs magiques intenses qui sont obtenus après que l’ouvrage ait été béni, à son insu, par un prêtre lors d’un office.

livre-sorcier-02

Il est très difficile d’en consulter un, car les possesseurs de cet ouvrage n’en parlent jamais. Ils sont obligés de s’en servir, sinon la puissance du livre se retournerait contre eux. Ils ne sont pas forcément des sorciers mais une fois que le livre a été utilisé à des fins nuisibles, il ne peut plus servir qu’à cela.

On dit que le détenteur du Geistliche Schild ne peut mourir sans l’avoir transmis, ce qui pose évidemment un problème. On cite des cas d’agonies particulièrement longues !
En janvier 2009, sur le site de eBay Autriche, l’enchère d’un exemplaire de ce livre atteignait 45€ pour une mise à prix de départ d’un euro. Et sur eBay Belgique, en mars 2010, le prix est monté à 77€. Faut croire que les possesseurs de ce livre désirent mourir en paix…

Qui n’a jamais entendu parler du « Geistliche Schild » (comprenez en traduction littérale, le bouclier spirituel), fameux livre de prières latines du 16e siècle aux pouvoirs étranges. Cet ouvrage a été mis à l’index très tôt par l’Église catholique et pourtant il a fait une belle carrière dans le Sundgau, dans plusieurs versions allemandes.

« DER GEISTLICHE SCHILD » (Le bouclier spirituel)

livre-sorcier-03

Une traduction de la page de garde d’une édition du 17e siècle, souvent vendue sous le manteau par des colporteurs ambulants, nous livre sa finalité originelle :
« Le vrai bouclier spirituel, comme l’a confirmé, il y a trois cents ans le pape Léon X, permet de faire obstacle à l’action des personnes méchantes ainsi qu’à toute sorcellerie ou œuvre diabolique.
Il contient des bénédictions et des prières qui, soit, ont été révélées par Dieu, soit ont été approuvées et composées par l’Église et les Saints Pères. Il contient également en appendice, de saintes formules de bénédiction à l’usage des chrétiens catholiques pieux qui ont le pouvoir de les préserver de tous dangers qui les menacent eux et leur bétail.
Avec l’autorisation de l’ordinaire du lieu (évêque) qui l’a jugé fidèle à l’original, imprimé en l’année 1647″.

 

Arme mystérieuse contre les sorciers

S’il s’appelle « bouclier spirituel », c’est que son détenteur espérait une haute protection contre les dangers du quotidien des masses paysannes, soumises au mal et à la misère.
Mais la croyance populaire devait bien vite lui attribuer des pouvoirs magiques intenses, obtenus après bénédiction et c’est ainsi que le grimoire est devenu progressivement aux yeux des fidèles un livre de sorcellerie particulièrement efficace, alors que son but premier était précisément la lutte contre les maléfices.

Le bénir à l’insu du prêtre

Pendant des dizaines de décennies, les curés de nos paroisses sundgauviennes se sont évertués à extirper ces superstitions particulièrement vivaces qui dominaient alors nos villages.
Au chapitre de ces superstitions figure bien entendu en bonne place le petit livre qu’est le fameux « Geistliche Schild ».

En effet, la croyance populaire prétendait que le pouvoir du « Geistliche Schild » provenait de ce que le livre, déposé sur l’autel où le prêtre célébrait la messe, était béni par le ministre du culte. Pour éviter cela, avant de commencer l’office, le curé passait toujours la paume de sa main à plat sous la nappe de l’autel, pour s’assurer que personne n’y avait dissimulé l’auxiliaire précieux des paysans et sorciers …

Livre des prières et de magie populaire

livre-sorcier-04

Après une importante première partie avec l’évangile de St Jean, le bréviaire comprend toute une série d’invocation (à grand renfort de signes magiques) à des saints spécifiques pour appeler la protection contre tel ou tel mal.
Ainsi, entre autres, l’action du « Benedictus Pfennig » :
C’est une médaille de saint Benoît qui protège du diable et de tous les maléfices. En la clouant sur le seuil de la porte, la médaille empêche les sorcières d’entrer dans la maison. Si une bête est malade, il faut tremper la médaille dans de l’eau avec laquelle on lavera la bête. Si du lait ou du beurre se détériorait d’une manière anormale, mettre le « Benedictus pfennig » dans l’abreuvoir des vaches.

Ce livre comporte cinq parties distinctes : 

-Der wahre geistliche Schild – le vrai bouclier spirituel – avec de nombreuses prières et formules de protection.

Andächtige Weis dem Amt der heiligen Mess nützlich beizuwohnen (Manière recueillie de participer activement à la sainte messe). Cette partie est entièrement consacrée à la méditation et à l’approfondissement de la sainte messe.

- Ein schöner und wohl approbirter Heiliger Segen zu Wasser und Land wider alle seine Feinde (Une belle et bien approuvée bénédiction sainte sur les eaux et sur la terre, contre tous ses ennemis). Il s’agit de prières de protection.

Geistliche Schildwacht (Bouclier et garde spirituels). Cette partie contient des prières liées à chaque heure du jour et de la nuit, adressées à un saint ou une sainte, et dont le but est de protéger l’orant (personne en train de prier) contre la mort brutale et violente.

Anhang Heiliger Segen zum Gebrauch frommer Christen um in allen Gefahren worein sowohl Menschen als Vieh oft gerathen, gesichert zu seyn (Annexe de bénédictions saintes à utiliser par des chrétiens pieux pour être protégés de tous les dangers auxquels les hommes et les animaux peuvent être exposés.
Cette cinquième partie qui contient des recettes de guérison issues de la médecine populaire, renferme également des formules à caractère magique qui peuvent être interprétées comme négatives et maléfiques.

 

La destinée de l’ouvrage

Le détenteur de ce fameux grimoire était obligé de s’en servir s’il ne voulait pas que la puissance du livre se retourne contre lui. De plus, une fois utilisé à des fins nuisibles, le « bouclier spirituel » ne pouvait plus servir qu’à cela…  Et son propriétaire devait le transmettre à quelqu’un avant son trépas, faute de quoi il allait connaître une agonie particulièrement longue !
livre-sorcier-05

Une première traduction, celle de Gérard Leser, édition du Rhin, octobre 1990 (édition épuisée) , révèle enfin la véritable identité de cet ouvrage non sans le démystifier.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *