Les plantes dangereuses (2)

Après les plantes à baies toxiques, nous verrons dans ce deuxième volet d’autres plantes dont le danger résulte d’une consommation par curiosité ou plutôt par confusion avec des plantes alimentaires. Un chapitre supplémentaire vous rendra également attentif à la dangerosité de certaines plantes ornementales dans le jardin ou à la maison.

 

plantes-dangereuses-23Aconit ou Char de Vénus
Partie toxique : la plante entière
Saison : juin-septembre
Habitat : lieux humides des régions montagneuses (surtout Jura et Suisse), jardins
Plante herbacée de 1 à 1,5 m, à feuilles très découpées. Les fleurs d’un bleu violacé, en grappes, ont une forme caractéristique d’où leur nom de « casque de Minerve ». À l’origine des accidents : la confusion avec des racines alimentaires (céleri, raifort, navet) et la contamination des doigts au contact de la plante.
Premiers signes de l’intoxication : fourmillement et engourdissement de la bouche et de la gorge, vomissements et diarrhées.

 

plantes-dangereuses-24Berce du Caucase ou la Plante de Staline
Partie toxique : suc de la plante
Habitat :proximité des cours d’eau
Plante dont la hauteur peut atteindre 4 mètres, surmontée par une inflorescence en ombelles de 50 cm de diamètre. Ses graines se disséminent facilement en colonisant rapidement l’espace. Sa large tige (jusqu’à 10 cm) est caractérisée par des veinules rouge foncé.
Premiers signes de l’intoxication : sa sève provoque de graves brûlures sur la peau si son action est conjuguée à celle du soleil. Cette toxicité peut s’exercer même quelques jours après l’exposition au soleil.

berce-alsaceLire l’article paru dans le journal L’Alsace.

 

plantes-dangereuses-25Ciguë tachetée ou Grande Ciguë
Partie toxique : la plante entière
Saison : juin-septembre
Habitat : terrains vagues, bord des chemins
Plante herbacée pouvant atteindre 2 m de haut. La tige, cannelée avec des taches violettes, a une odeur désagréable caractéristique. Les feuilles sont très découpées. Les fleurs, petites, blanches, sont groupées en ombrelles. Les fruits ovoïdes sont côtelés. A l’origine de l’intoxication : la confusion de la feuille avec celle du cerfeuil, et celle du fruit avec celui de l’anis.
Premiers signes de l’intoxication : diarrhées, vomissements, vertiges, soif, éblouissements, yeux exorbités et pupilles dilatées, tremblements musculaires. La Ciguë vireuse est également très toxique, mais la Petite Ciguë l’est moins (même type d’intoxication qu’avec l’Oenanthe, voir plus bas).

 

plantes-dangereuses-26Colchique
Partie toxique : la plante entière
Saison : fleur, septembre-novembre / rosette de feuilles, avril-mai / fruit, juin-août
Habitat : prairies
Plante herbacée aux fleurs décoratives mauves faites de 6 pièces soudées à la base en un long tube. Le bulbe a pu être confondu avec l’oignon, les feuilles avec celles de la salade mâche, mais c’est surtout par jeu que les enfants s’intoxiquent en mangeant des fleurs (2 suffisent à faire apparaître des troubles).
Premiers signes de l’intoxication : irritation du tube digestif, difficulté de déglutition, salivation exagérée, soif, diarrhées douloureuses, vomissements.

 

plantes-dangereuses-27Jusquiame
Partie toxique : la plante entière
Saison : juin-juillet
Habitat : décombres, bords des routes
Plante herbacée à tige velue et poisseuse. Ses feuilles allongées et découpées rappellent celles du pissenlit. Les fleurs blanchâtres veinées de pourpre sont groupées en petites grappes. Le fruit sec est une capsule contenant de nombreuses graines. La plante dégage une odeur forte, nauséabonde.
Premiers signes de l’intoxication : troubles digestifs immédiats avec nausées et vomissements, dilatation des pupilles, sécheresse de la bouche, arrêt des sécrétions.

 

plantes-dangereuses-28Oenanthe safranée
Partie toxique : la plante entière, les racines surtout
Saison : juin-août
Habitat : bords des ruisseaux, fossés, prairies (Ouest de la France, Corse)
Grande plante herbacée (1,5 à 2 m), à odeur agréable de céleri d’où certaines confusions. Les fleurs blanc rosé sont groupées en ombelles. Les racines sont le plus souvent incriminées dans les empoisonnements par confusion avec des racines alimentaires.
Premiers signes de l’intoxication : diarrhées, yeux injectés, convulsions tétaniques.

 

plantes-dangereuses-29Vératre ou Ellebore Blanc
Partie toxique : la plante entière
Saison : automne
Habitat : pâturages de montagne
Grande plante herbacée (1 à 1,50 m). Les feuilles élargies à la base et allongées à l’autre extrémité sont alternées. Les fleurs, blanc verdâtre, sont disposées en grappes au sommet des tiges. Les accidents sont dus à la consommation accidentelle des racines par confusion avec celles de la gentiane jaune utilisée dans la préparation ménagère de boissons apéritives.
Premiers signes de l’intoxication : vomissements, vertiges, vision floue.

fioriture-vert

Plantes ornementales (dans le jardin)

cytiseCytise ou Faux Ebénier
Partie toxique : la plante entière, surtout fleurs et fruits
Saison : fleur, mai-juin / graines, juillet-octobre
Habitat : coteaux calcaires, régions méditerranéennes et cultures ornementales en jardin
C’est un arbuste à grappes de fleurs jaunes. Les fruits sont des gousses allongées et velues contenant des graines très toxiques (danger des « dînettes » infantiles avec les gousses). Les fleurs sont souvent confondues avec celles de l’acacia qui sont quelquefois utilisées pour faire des beignets.
Premiers signes de l’intoxication : salivation abondante, vomissements, dilatation des pupilles, convulsions.

 

digitaleDigitale pourpre
Partie toxique : feuilles, fleurs
Saison : juin-septembre
 Habitat : clairières, coupes de bois, chemins (Vosges, Morvan, Bretagne, Anjou)
Grande plante velue herbacée aux grandes feuilles velues, élargies à la base, renflées. Les fleurs grandes, pourpres, en doigt de gant, sont groupées en longues grappes d’un seul côté de la tige. Les feuilles sont également toxiques par contact (manipulations pour faire des bouquets).
Premiers signes de l’intoxication : troubles digestifs, ralentissement du cœur.

 

ricinRicin
Partie toxique : fruits et graines
Saison : toute l’année
Habitat : Midi de la France, plante ornementale des jardins
Grande plante herbacée à tige dressée, rougeâtre et creuse. Les feuilles sont grandes, vert rougeâtre, très découpées et dentées. Les fleurs, petites, rougeâtres, sont disposées en épis. Les fruits sont des sortes de noix hérissées d’aiguillons. Ils renferment 3 graines marbrées, aplaties sur une face. 3 à 5 de ces graines suffisent à entraîner la mort d’un enfant.
Premiers signes de l’intoxication : coliques, diarrhées, vomissements, accélération du cœur, sueurs, congestion des organes génitaux, diminution du volume des urines.
Nota : Une partie d’une plante peut être comestible, alors qu’une autre est toxique. Les tiges de rhubarbe alimentaire (Rhapontic) sont couramment employées pour confectionner des compotes ou des confitures. Mais les feuilles de rhubarbe ne peuvent être utilisées, elles sont toxiques et peuvent être à l’origine d’accidents.
Les amandes amères présentes dans les noyaux de divers fruits habituellement consommés (abricots, prunes, cerises, pêches) contiennent des composés toxiques à base d’acide cyanhydrique. L’ingestion de 5 à 10 de ces amandes peut être toxique pour un enfant.

fioriture-vert

Plantes ornementales (à la maison)

poinsettaPoinsettia
Partie toxique : suc de la plante
Plante à feuilles inférieures vertes sombres, contrastant avec les feuilles supérieures rouge vif. Le contact avec le suc entraîne des irritations des yeux et des muqueuses.

 

 

pommier-amourPommier d’amour
Partie toxique : les baies
Arbuste à végétation compacte. Les fruits sont des baies rouges, orangées ou jaunes, de la grosseur d’une cerise. Leur absorption se traduit par des nausées, des vomissements, des diarrhées et une intoxication identique à celle de la Belladone (troubles digestifs immédiats avec nausées et vomissements, dilatation des pupilles, sécheresse de la bouche, arrêt des sécrétions).
dieffenbachiaDieffenbachia
Partie toxique : suc de la plante (tige, feuilles)
Plante à feuilles vertes panachées de blanc ou de jaune. Le fait de porter les doigts aux yeux ou à la bouche, après un contact avec le suc, suffit pour provoquer une attaque de la cornée ou des oedèmes importants de la langue ou de l’arrière-gorge avec risques d’asphyxie. C’est pourquoi il ne faut pas les laisser à portée des enfants dans les appartements, magasins, halls d’immeubles, etc.

Nota : Certains bouquets secs peuvent être composés avec des plantes très décoratives mais parfois dangereuses. C’est ainsi que s’y trouvent présentes de plus en plus souvent des capsules de Datura. Celles-ci contiennent de nombreuses petites graines noires qui peuvent tomber au moindre choc et être absorbées par les jeunes enfants.
De nombreux colliers fantaisie sont aussi confectionnés avec des graines de ricin ou de croton, ou encore avec d’autres graines d’origine exotique plus ou moins connues dont certaines sont très toxiques. Il faut éviter de les laisser sucer et surtout croquer par des jeunes enfants.

fioriture-vert

 

Plantes responsables de dermites ou d’allergies

Le contact de nombreuses plantes avec la peau peut entraîner l’apparition d’irritations aiguës et transitoires appelées dermites. Il peut en résulter une rougeur avec ou sans démangeaison, de l’urticaire ainsi que de l’œdème (inflammation). C’est par exemple le cas des orties ou du poil à gratter contenu dans le cynorrhodon (faux fruit de l’églantier) .
Certaines plantes sont aussi dites phototoxiques ou photodynamisantes car les lésions cutanées ne sont provoquées que sous l’effet du soleil, comme dans la dermite des prés. Il s’agit d’une affection apparaissant après contact de la peau avec de l’herbe humide sous le soleil, se caractérisant par des démangeaisons plus ou moins intenses et par des stries rouges sur les parties atteintes. Parmi les plantes phototoxiques, citons la bergamote, le céléri, le fenouil, le persil, les fanes de carotte.

Certaines plantes ou fruits peuvent aussi être allergisantes. La manifestation peut être respiratoire et se traduire par une affection bien connue, le rhume des foins dû aux allergènes de certains grains de pollen. Ou bien elle peut être cutanée et se caractériser par des eczémas, tels ceux dus aux chrysanthèmes, aux tulipes, aux lys, aux dahlias, à certaines plantes maraîchères (artichauts, carottes, asperges, ail, oignon).

 

(Source : info santé 1985)

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *