Les géants du château de Nideck

Cette légende se rattache au château de Nideck et est répandue dans toute l’Alsace.
Elle est parue telle quelle dans la Revue d’Alsace en 1851.

legende-geants-01

Le château de Nideck, dont les ruines s’élèvent au fond d’un embranchement de la vallée de Haslach débouchant dans celle de la Bruche, était jadis habité par des chevaliers d’une taille gigantesque auxquels appartenait tout le pays d’alentour.

Un jour la fille d’un de ces géants s’avise de quitter l’obscurité des forêts qui couvraient alors tout le vallon ; et à peine a-t-elle fait quelques pas, qu’elle se trouve aux environs de Haslach, au milieu d’un champ qu’un paysan était occupé à labourer.

L’aspect de la plaine, celui du petit être qui se démenait à ses pieds pour faire marcher son attelage, tout était nouveau pour elle et la remplit de surprise. Dans son humeur enfantine, elle s’agenouille aussitôt pour examiner de plus près ces merveilles inconnues.

legende-geants-03

Enfin, malgré les cris désespérés du paysan et de ses bêtes qui se débattaient de toutes leurs forces, elle passe sa main sur le sol et, les enlevant d’un seul coup, elle les enferme dans son vaste tablier.

Il ne lui faut que quelques pas pour regagner le château et, toute joyeuse, elle entre dans l’appartement de son père pour lui montrer le joli jouet vivant qu’elle venait de trouver.

A la vue de la charrue, du paysan et des chevaux, que l’enfant avait placés sur la table en les poussant du doigt pour leur faire continuer leur course, le géant, rapprochant ses sourcils en signe de mécontentement, dit : « Ma fille, tu as fait là une belle chose ! Ceci n’est point un jouet ! Va bien vite remettre à son travail cet homme avec ses chevaux et sa charrue, et sache bien que c’est lui qui, dans son champ, cultive le blé dont on fait le pain que nous mangeons. Si ces petits êtres ne labouraient pas la terre, nous autres géants, au fond de nos rochers, n’aurions pas de quoi vivre ! »
Source : Revue d’Alsace, deuxième année, Colmar, 1851, tiré d’un article de Auguste Stoeber, régent au Collège de Mulhouse

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *