Le bienfait des abeilles

Le Sundgau possède une forte tradition apicole. Jusqu’au milieu du XXe siècle, chaque paysan possédait quelques ruches, souvent en paille, parfois à rayons mobiles. Leur rendement était relativement bon et les insecticides, herbicides et fenaisons précoces ne décimaient pas encore les essaims.

abeilles-03

Cependant, nous constatons que depuis quelques années, la population d’abeilles connaît un déclin et que cela s’aggrave.

Il n’y a pas que les pesticides qui font du mal aux ruchers. Il y a aussi la disparition de la biodiversité. Il a de moins en moins de champs de fleurs et de pâturages. C’est tellement vrai que les abeilles trouvent plus de nourriture dans les grandes villes qu’à la campagne, grâce à la plantation d’espèces d’arbres comme les acacias, les tilleuls … Des initiatives heureuses ont eu lieu, comme celle de semer des fleurs dans les champs en jachère. Les particuliers devraient aussi s’en inspirer et semer des fleurs attirant les abeilles.
Un autre ennemi de l’abeille est l’acarien Vorroa, arrivé d’Asie il y a une vingtaine d’années. Ce parasite se nourrit du sang des abeilles.

La diminution des abeilles est désormais mondiale ! Et pourtant, l’abeille existe sur notre planète de 80 millions d’années.

Savez-vous que la pollinisation d’environ un tiers des aliments que nous consommons dépend des abeilles ? Elles sont indispensables à la production des fruits et légumes et certaines cultures dépendent entièrement de la pollinisation.

Seule la femelle pique. Le mâle, (faux-bourdon) ne porte pas de dard. L’abeille meurt après avoir enfoncé le dard dans la chair de son ennemi : elle ne peut plus le dégager et déchire alors son abdomen.  L’abeille n’est jamais agressive, elle pique pour défendre sa colonie et la survie de son espèce. Sa piqûre est un sacrifice : elle meurt pour défendre son territoire !

 

abeilles-02

 

Les produits de la ruche

Le miel est un produit naturel, et l’homme, malgré toute sa technologie, ne sait pas le fabriquer. Tous les produits de la ruche ont une place souvent importante dans la pharmacopée populaire.

Le miel
Qu’il soit de fleurs ou de forêt, liquide ou cristallisé, il a sa place sur toutes les tables. Le miel a de nombreuses vertus prophylactiques. Il permet aux enfants une croissance harmonieuse, évite les infections et a des vertus calmantes. On l’utilise aussi dans certaines maladies. Chacun sait que le miel, mélangé à du lait chaud, calme instantanément les douleurs de la gorge ou apaisent les toux rebelles.

Le pollen
Récolté grâce à une trappe spéciale, au moment où les abeilles rentrent à la ruche, le pollen n’était connu et consommé que par l’apiculteur et sa famille, mais la vogue des produits naturels et biologiques l’a mis à l’honneur. Ce produit d’origine végétale, que les abeilles ne transforment pas, contient de nombreuses substances : protides et acides aminés, glucides, substances minérales et oligo-éléments (magnésium, manganèse, phosphore) et de nombreuses vitamines (C, D, E, PP, B1, B6, B12, etc…). Avec une telle composition, il n’est pas étonnant qu’on lui attribue de nombreuses propriétés, allant des qualités aphrodisiaques aux vertus tonicardiaques, en passant par les effets bénéfiques dans les névroses et les troubles digestifs !

La propolis
Cette substance, élaborée par les abeilles à partir de produits résineux et gommeux recueillis sur les bourgeons et les écorces de végétaux (chez nous les conifères et les peupliers) est employée par les abeilles pour boucher les interstices de la ruche, où l’apiculteur la récolte.
Comme le pollen, elle connaît une vogue importante depuis la « mode » écologique. Ses recettes sont des secrets jalousement gardés, car il n’est pas facile de dissoudre ces résines dans une substance non alcoolique.
Ses qualités sont nombreuses : elle a d’effectives propriétés antibiotiques, neurologiques, anesthésiques (usage en chirurgie dentaire) et cicatrisantes.

La gelée royale
Cette gelée blanche est produite par les abeilles entre le 5e et le 14e jour de leur existence, et destinée à la nourriture des larves pendant les 3 premiers jours de leur existence mais surtout à celle de la reine, pendant toute sa vie.
Les abeilles ne vivent que quelques semaines, alors que la longévité de la reine est de plusieurs années : la consommation de gelée royale par l’homme est dès lors réputée posséder la même action, mais il n’existe cependant pas de preuve scientifique. La gelée royale prolongerait la vie de celui qui la consomme et le préserverait des maladies.

 

Guillaume Misslin, apiculteur du Sundgau
Âgé de 26 ans et président de l’association des apiculteurs des cantons d’Altkirch, Hirsingue et environs, diplômé d’un Master en biologie végétale, Guillaume Misslin donne aussi des cours d’apiculture pour débutants ou éleveurs souhaitant se perfectionner. Il élève des abeilles de type carnica, la lignée Sklenar, « des abeilles très douces qui, dans des conditions normales, ne sont pas agressives pour l’homme », explique-t-il. Il recherche actuellement des financements pour sa thèse sur les insectes, abeilles et plantes.
Pour faire vivre l’association, devenir adhérent et participer aux travaux pratiques de saison sur la ruche, vous pouvez le contacter au 06.42.52.80.05.

 

Sources :
- Traditions médicinales et remèdes populaires du Sundgau – Auteur : Jean-Martin Meyer
- Journal l’Alsace du 11 avril 2011, article de Clément Heinis
- Photos personnelles : apiculteur du Sundgau venant récupérer des abeilles « perdues » dans un jardin.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *