La tombe de Hommaire de Hell

Xavier Hommaire de Hell ! À chaque fois que je me promène dans les petites ruelles d’Altkirch, j’ai une pensée pour cet aventurier qui arpenta, avec passion et courage, de si nombreux pays lointains. Ingénieur, géologue et géographe, ses voyages d’exploration, ainsi que sa biographie, ont été relatés dans un précédent article.

hommaire-de-hell-08

En avril 1848, il se trouva à Téhéran lorsqu’il est pris de violents accès de fièvre. Ses ennuis de santé ne l’empêcheront pas de se mettre en route, à dos de cheval, pour un nouveau périple dans le Mazandéran, province avoisinante de la partie sud de la mer Caspienne et du Turkestan.
Quatre mois après, de retour à Téhéran, il rejoignit Ispahan, ville située à 340 km au sud de la capitale de l’Iran. Cette région semi-désertique, très chaude durant l’été, n’arrangea pas sa santé déjà chancelante. Hébergé par un père missionnaire dans le quartier arménien de Djoulfa, il sera finalement terrassé par la fièvre et la dysenterie.

Lors d’un dîner en famille, j’apprends qu’un couple altkirchois a effectué plusieurs voyages en Iran et qu’il aurait photographié la tombe de Xavier Hommaire de Hell.
Quelle aubaine ! Je les contacte et ils me font parvenir quelques photos. Parti à Ispahan en 1968, avec deux copains, Michel ne trouve pas la tombe de Hommaire. En 2000, 2002 et 2004, il retournera en Iran, accompagné de sa femme, Martine.

À son retour d’Iran, en 1968, Pierre Krafft, alors directeur à Altkirch du Journal L’Alsace, lui montra une photo (ou un dessin…) de la tombe de Hommaire de Hell. « Cette photo était tout à fait différente de ce que j’ai vu en 2002. La tombe était sur une sorte de piédestal qui a probablement disparu lors du déplacement, mais on ne voyait pas l’inscription que j’ai photographiée », me signale Michel.

En 2002, parcourant le cimetière arménien, le couple trouva enfin la tombe, déplacée vers un emplacement du cimetière où sont réunies une quarantaine de tombes du 17e et 18e siècles, de voyageurs et surtout de commerçants.
« Il y a, à Ispahan, une importante communauté arménienne dont les origines remontent au 17e siècle lorsque les souverains safavides ont fait venir des artisans d’art, notamment de la ville de Djolfa (frontière Iran-Arménie aujourd’hui). Le quartier chrétien d’Ispahan s’appelle d’ailleurs Djolfa et chrétiens et musulmans y vivent tranquillement », m’écrit Michel.

En 2004, ils retournèrent à Ispahan et constatèrent que la tombe s’était enfoncée de quelques centimètres.

Les photos ci-dessous datent de 2002 et sont prises par Michel et Martine Boiron.

hommaire-de-hell-tombe02

Sur la tombe, on peut lire :

CI GIT XAVIER HOMMAIR HELL
FRANCAIS MORT A HISPAHAN
1848 AOUT 18

Pour cette épitaphe, quelques remarques s’imposent :
– L’orthographe « Hispahan » est courante au 19e siècle.
– HOMMAIR est écrit sans le « e » final ni « de » entre Hommaire et Hell. Faute du graveur ou manque de place ?
– La date du décès. Dans mon article de septembre 2012, je mentionne que l’inscription sur la pierre sépulcrale est : « HOMMAIRE DE HELL, VOYAGEUR FRANÇAIS, MORT A ISPAHAN, LE 29 AOÛT 1848″, inscription demandée par sa femme.

Michel se demande aussi pourquoi le chiffre 18 est gravé sur la tombe au lieu du 29 ? En comparant le chiffre 1 de 1848 et le chiffre 1 de 18, il n’y a aucun doute, c’est bien le chiffre 18 qui est gravé. Mettons cela, encore une fois, sur la fatigue du graveur ou sur la grande chaleur qui règne dans cette région…

hommaire-de-hell-tombe03

hommaire-de-hell-tombe04
Merci de tout cœur à Michel et Martine Boiron pour les photos et les renseignements utiles qui m’ont permis de rédiger cet article. Et si vous repassez par Ispahan, lors de vos prochains voyages, déposez de ma part quelques petites fleurs sur la tombe de Xavier…

fleche En savoir plus

article sur Xavier Hommaire de Hell, isundgau.com
Ispahan, sur wikipedia
Jolfâ d’Ispahan, sur le site teheran.ir
Les Séfévides (ou Safavides), fondateurs de l’Iran moderne, article de Jean-Paul Roux
Photos des joyaux de l’architecture et de l’art safavide, sur le site routard.com

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *