07 – Le Sundgau et les Habsbourg

 

Longtemps concurrents en Haute-Alsace, les Ferrette et les Habsbourg se voient contraints d’unir leurs destinées et un mécanisme d’union se met alors en place : Jeannette, fille d’Ulrich III, lui succède à la tête du comté de Ferrette et prend pour époux Albert II le Sage, duc d’Autriche. Par ce mariage, bien hâtif d’après les historiens, le comté de Ferrette passe sous la domination des Habsbourg.

habsbourg-ferretteLes armes des Habsbourg-Ferrette à l’hôtel de ville de Ferrette

Origines de la puissance des Habsbourg en Haute-Alsace

Depuis longtemps, les Habsbourg détenaient des terres près d’Ottmarsheim. La chute de la maison des Hohenstaufen dans les années 1250 et le couronnement de Rodolphe de Habsbourg (1218 – 1291) comme roi des Germains et Empereur des Romains en 1273 permirent aux Habsbourg d’occuper le devant de la scène politique.

Sous son règne, Ensisheim, petite ville située au centre de deux anciennes routes romaines, devint une ville fortifiée et, embellie par un château, le Koenigsburg, la ville sera le siège du Grand Bailli (Landvogt) et du receveur général, ainsi que de deux grandes assemblées du pays.
Les Habsbourg devinrent également avoués de Murbach, de Masevaux et d’autres couvents, acquirent, par des mariages politiques, des terres en Alsace et en Suisse.

ensisheim

 

Le Sundgau des Habsbourg

D’après l’urbaire* de 1303, les Habsbourg possédaient des terres allodiales d’origine inconnue (la région de Bisel – Seppois – Rechésy), le domaine qui s’étendait du Rhin à Michelbach, Steinbrunn, Zimmersheim, Ruelisheim, la contrée de Blodelsheim, de Heiteren, des terres acquises de Murbach (Blotzheim, Heimersdorf, Schlierbach, Rixheim, Bantzenheim, Heimsbrunn, Lutterbach) et des terres achetées (Delle et les environs).
*Un urbaire est un document foncier qui se présente généralement sous la forme d’un registre. Cette désignation est très courante en Alsace et en Lorraine.

Par le mariage d’Albert II et Jeannette en 1324, tout le Sundgau, de la Porte de Bourgogne au Rhin, du Jura à la Thur (excepté Mulhouse) devint autrichien. Les ducs d’Autriche en leur qualité de comtes de Ferrette et de landgraves d’Alsace étaient ainsi devenus les successeurs des premiers comtes du « Südgau ».

Pendant cette période, le Sundgau fut subdivisé en plusieurs seigneuries : Ensisheim, Landser, Altkirch, Ferrette, Florimont (Blumenberg), Thann, Masevaux, Rougemont, Belfort, Rosemont et Delle.

Les possessions des Habsbourg au sud-ouest du Saint-Empire furent désignées sous le nom de « Pays antérieurs de l’Autriche » (Vorderösterreich ou Vorlande). Créée par l’empereur Maximilien 1er, cette circonscription administrative comprenait la Haute-Alsace (les Habsbourg y avaient non seulement le Sundgau, mais encore d’autres possessions telles que les seigneuries d’Issenheim, de Bollwiller, de Hoh-Landsberg), le Brisgau, ainsi que des terres et des villes de la Forêt-Noire.

sundgau-habsbourg
Les derniers Habsbourg régnants dans le Sundgau furent l’empereur Maximilien 1er (1493-1519), Charles-Quint (1519-1556), Ferdinand 1er (1556-1564), son fils Ferdinand (1564-1595), Rodolphe II (1595-1605), Maximilien (1605-1620) et l’archiduc Léopold (1620-1648).
Jusqu’en 1648, les Habsbourg furent les acteurs principaux dans les événements qui se sont déroulés dans le Sundgau. Cette dynastie, comme jadis celle des comtes de Ferrette (dont elle avait pris la succession en 1324) fut fidèlement soutenue par la noblesse.

La terrible Guerre de Trente Ans aura raison de la puissance multi-séculaire des Habsbourg en Alsace. Le Sundgau autrichien ne résistera pas à l’invasion suédoise de 1632, ni au contrôle du Roi de France dès 1635. Situation de fait ratifiée par l’article 73 du Traité de Munster qui cède à Louis XIV les possessions autrichiennes en Alsace.

L’effondrement des Habsbourg en Haute-Alsace marquera, pour le Sundgau, une grande période de son histoire, celle d’une nouvelle destinée commune avec la France.

fioriture-200
Sources :
- L’Alsace, terre d’histoire, Lucien Sittler, Alsatia, 1973
- Le Sundgau à travers les âges, Paul Stintzi, Alsatia, 1975
L’histoire de l’Alsace – de la préhistoire à nos jours, Philippe Dollinger, Raymond Oberlé, Ed. Saep, 1985
- Wikipédia

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *