01 – La préhistoire dans le Sundgau

Les temps préhistoriques s’étendent sur plusieurs millions d’années. N’ayant pas de documents écrits (!), nous savons peu de chose sur nos ancêtres de ces temps reculés.

Mettons nos bottes de sept lieues et sautons dans le passé.

paleolithique

Un grand bond en arrière nous amène à la période du paléolithique. Celle-ci s’étendant de -2 000 000 à –10 000, nous choisissons l’année -600 000 où le premier habitant de l’Alsace a été repéré à Achenheim (Bas-Rhin).
C’est aussi sur le ban de Hirtzbach (village du Sundgau) que furent découverts quelques traces d’occupation de sol, comme un « coup de poing » datant de cette époque.

Voici le paléolithique moyen (-90 000 à -40 000) qui correspond à la dernière glaciation, dite de Würm. C’est l’époque de l’homme du Neandertal qui a aussi occupé certaines régions d’Alsace. Normal ! La région devait déjà être belle et fertile !

Signalons que la découverte du feu se situe aux alentours de -35 000.

Le territoire entre Rhin, Vosges et Jura, si bien délimité par la nature, ne différait en rien des régions voisines. Comme celles-ci, il fut périodiquement envahi par des peuples divers. Les derniers envahisseurs de l’époque préhistorique furent les Celtes, Médiomatriques au Nord, Séquanes et Rauraques au Sud, qui absorbèrent presque totalement les populations préexistantes.
Au cours d’une période de transition, appelée mésolithique (-10 000 à -4 500), des changements climatiques se manifestèrent. La forêt s’étendit et les hommes se concentrèrent de plus en plus dans des clairières. Ils ne vivaient plus exclusivement de la chasse et de la cueillette, l’agriculture apparut et certains animaux furent domestiqués.
Fouilles à Wolschwiller
Un chantier archéologique s’est déroulé en août 2014 au lieu-dit Blenien, à Wolschwiller, dans une grotte qui recèle des traces d’occupation humaine pouvant remonter à plus de 10 000 ans avant JC.
Après des sondages négatifs à Kiffis en 2012, une équipe du Pôle archéologique s’est déplacée sur le site de Wolschwiller où elle a découvert des traces d’occupation humaine pouvant remonter à la fin du paléolithique supérieur (entre -9 400 et -10 800). Il n’existe pas beaucoup de sites de cette période en Alsace.

fouilles-wolschwiller
photo journal L’Alsace du 09/08/14

Comblée par des sédiments, la grotte a déjà livré de précieux indices. L’équipe archéologique a mis au jour des silex et des ossements éclatés pouvant provenir de rennes. Des traces de foyer ont également été découvertes. Les archéologues estiment que le site est antérieur à ceux de Lutter ou Oberlarg.
Oberlarg – grotte du Mannlefelsen
Le site le plus intéressant pour l’étude de cette période est celui d’Oberlarg, aux sources du l’Ill, près de Ferrette. Grâce à une caverne naturelle peu profonde (6 m), les hommes ont pu vivre pendant des millénaires à l’abri des intempéries, sous le Mannlefelsen.

grotte-oberlarg1
Ossements humains – Mésolithique (vers 6000 avant J.C.)
ossements

Ce crâne de grande taille, découvert dans la grotte du Mannlefelsen, est le seul vestige humain connu en Alsace pour cette période. Il a été attribué à un sujet adulte, de sexe masculin, non seulement en raison de sa taille, mais aussi de sa structure puissante, à forts reliefs. Si la première vertèbre cervicale, l’atlas, est encore en connexion avec le crâne, le reste du squelette est, par contre, totalement absent. Le crâne seul semble avoir fait l’objet d’un dépôt spécifique après que la tête ait été détachée volontairement du corps. Cette pratique a été constatée dans d’autres gisements de cette période, par exemple au Mont Circé en Italie, de même qu’en Bavière.
La période du néolithique, (-4 500 à -2 000) qu’on appelait l’âge de la pierre polie, est relativement brève, n’ayant duré de 2 500 ans (c’est-à-dire qu’elle est au moins 200 fois plus courte que le paléolithique). Elle se caractérise surtout par l’agriculture et l’élevage qui l’emportent définitivement sur la chasse, ainsi que le développement de la céramique.

Les usages funéraires de cette époque résultaient probablement d’une tradition plus ancienne. Les corps étaient vêtus et ornés de leurs parures et couchés en position accroupie, généralement en direction Est-Ouest. Près d’eux, on déposait des offrandes, récipients, outils, armes, colliers de pierre ou d’os.

La période du néolithique moyen (-3 200 à -2 500) diffère de la précédente : les morts ne sont plus accroupis mais allongés dans leur tombe et toujours entourés d’un mobilier funéraire, tels que silex, parures, vases décorés. C’est à ce moment qu’est attestée avec certitude la culture du blé et de l’orge.
La phase finale du néolithique (Michelsberg) n’apporte pas d’élément révolutionnaire. Les hommes se distinguent de leurs prédécesseurs par une plus haute taille et par un faciès plus brutal. On ne sait si cela est dû une immigration ou à des mélanges de populations autochtones.

Lutter
Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques à l’abri Saint-Joseph de Lutter ont permis de mettre au jour une multitude d’objets venus tout droit de la période du mésolithique ou du néolithique, mais également de l’âge de Bronze, soit de -9 000 à 3 000 ans avant JC. Os de gibier et d’animaux à fourrures, tessons de céramique, outils en silex, armatures de flèche.

Sur les bans communaux de Moernach et Koestlach
Depuis 2010, des fouilles ont lieu sur le site du Kastelberg, situé sur les hauteurs à cheval sur les bans communaux de Moernach et Koestlach. Ce site livre peu à peu ses secrets.
En 2014, après les recherches des saisons précédentes, Michael Landolt, responsable de l’équipe des archéologues du PAIR (Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan), est en mesure d’annoncer une belle découverte. « Le plus ancien mur en pierre d’Alsace a été identifié sur le site et remonte au Néolithique. Nous en avons désormais la preuve avec plusieurs datations au carbone 14. Depuis les fouilles de Gutman, on pensait que l’occupation était limitée à l’âge du fer. Les fouilles récentes permettent d’affirmer que cette occupation recule jusqu’à l’âge du bronze et au Néolithique. L’occupation du site s’élargit. »
Le scientifique explique que les datations se situent entre 3700 et 3400 avant Jésus-Christ, à une période du Néolithique récent dite Munzinger. « On peut imaginer que le site du Kastelberg se situait à l’interface de deux cultures, l’une rhénane, l’autre bourguignonne. Qu’il ait été un lieu d’échanges, de passages. » L’affirmation de l’existence d’autres occupants sur le site, étalée de plus sur les périodes plus proches du second âge du fer et de la Tène, semble compliquer la tâche des chercheurs.
(Extraits de l’article Le site du Kastelberg dévoile ses secrets, journal L’Alsace du 25 juillet 2014).

silex-sundgau
Kastelberg – photo journal l’Alsace 26/07/14
de gauche à droite : une pointe de flèche en silex, un fragment osseux qui pourrait provenir d’une boîte crânienne et une dent de mâchoire humaine.)

 

L’âge des métaux
Autour de l’an 2000 av. JC. (soit six siècles après la construction de la pyramide de Chéops) s’achève l’âge de la pierre et commence celui des métaux, du bronze (-2000 à -725) et du fer (-725 à -60). Désormais, les hommes sont capables de faire fondre des minerais pour en dégager le cuivre et l’étain, de procéder à des alliages et de fabriquer des armes et des outils en bronze.
L’âge de bronze est aussi marqué par les invasions celtiques qui déferlent sur l’Alsace de façon presque continue et qui en modifient profondément la population.
Après l’an -1000, on voit s’instaurer un nouvel usage funéraire, celui de l’incinération. Les cendres du mort sont déposées dans une urne et au-dessus de la tombe on élève un tertre de terre (tumulus).
L’âge du fer est caractérisé par l’apparition d’indices indiquant des relations suivies avec des peuples étrangers, principalement d’Étrurie et du Languedoc. Pour preuve, une boîte à bijoux en bronze exhumée près de Colmar, d’une ornementation remarquable (-650). Divers objets prouvent des liaisons commerciales, par la Suisse ou par le Doubs, au moyen de chars dont on a retrouvé des débris dans certaines tombes. Jusqu’à la fin de l’âge du fer, les Celtes n’ont pas connu l’écriture (ou en tout cas ne l’ont pas utilisée).
Les tombes de cette époque ont livré de très beaux bijoux, comme le splendide bracelet d’or d’Ensisheim ; l’or était récolté depuis longtemps par les orpailleurs dans les sables du Rhin.
Britzgyberg – Illfurth

fouilles-illfurth
Britzgyberg – photo journal L’Alsace du 11/09/14

Depuis plusieurs années, les archéologues tentent de comprendre l’organisation du site du Britzgyberg, à Illfurth. Ce site celte date de l’âge de fer (600-400 avant JC). Il était occupé par un petit seigneur local. Les fouilles ont permis de révéler l’existence de trous de poteaux d’une belle profondeur et d’une palissade en bois qui ceignait l’endroit. Divers objets ont été découverts, tels que petits ossements, poteries, fibules, pointes de flèches en métal, une boucle d’oreille en bronze ainsi qu’une partie d’un crâne humain. Des traces de combustion révèlent la présence d’un foyer.

Le mur « païen »

mur-paien

C’est à cette époque qu’on peut probablement placer l’édification du plus ancien monument subsistant en Alsace (-500), le célèbre « mur païen » de Sainte-Odile. Aujourd’hui, il semble presque certain que la construction de ce mur cyclopéen est antérieure aux Romains, même si ceux-ci y ont effectué des travaux d’aménagement. L’enceinte est longue de 10 km et couvre une surface de plus de 100 ha. Elle est haute de 3 à 5m et est percée de quatre portes. A quoi servait cette enceinte ? On a longtemps pensé à un sanctuaire religieux, mais les fouilles n’ont pas confirmé cette hypothèse. Il semble qu’il s’agisse d’un lieu de refuge occupé temporairement par les habitants de la plaine pour se mettre à l’abri, avec leurs troupeaux et leurs biens, au moment des invasions.

La préhistoire de l’Alsace s’achève vers 60 avant J.C. avec la conquête romaine.

fioriture-200
Sources :
- Des outils pour l’histoire de l’Alsace, Grégory Oswald, Ed. Alsace Histoire, 2009
- L’histoire de l’Alsace – de la préhistoire à nos jours, Philippe Dollinger, Raymond Oberlé, Ed. Saep, 1985.
- http://www.musees.strasbourg.eu/index.php?page=le-paleolithique

Photos :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Oberlarg,_grotte_de_Mannlefelsen.jpg
http://www.musees.strasbourg.eu/index.php?page=le-mesolithique
http://www.mur-paien.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *