05 – La période carolingienne

L’apparition du nom « Alsace »

Le nom « Alsace » est signalé pour la première fois dans une chronique à propos de guerres en l’an 610. D’où vient ce nom ? La question reste controversée. Pour les uns, il serait celtique à rapprocher d’alisa (Alesia) et signifierait le pays au pied des Vosges. Pour le plus grand nombre, il serait germanique, composé d’ali (étranger) et de sâss (résident) : les Alsaciens seraient donc les « gens établis à l’étranger », nom qui leur aurait été donné par les Francs, pour désigner d’abord les leurs disséminés au milieu des Alamans, puis à la population entière. (Dès le 9e siècle, la paternité du nom fut attribuée aux Francs.)
Mais il se pourrait que l’Alsace soit tout simplement le « pays de l’Ill », étymologie souvent admise.
Ce qui est remarquable en tout cas, c’est la persistance du nom, comme unité purement géographique. Car, du 8e siècle jusqu’à la réunion à la France (1648, traité de Westphalie), l’Alsace n’a jamais formé d’entité administrative !
Le Duché d’Alsace

Vers 640, le Duché d’Alsace fit son apparition. L’Alsace était toujours sous le règne des Mérovingiens mais celui-ci s’affaiblissait. Nous ne savons presque rien des deux premiers ducs, Gondoin et Boniface, si ce n’est que leur autorité s’étendit même jusqu’au Jura bernois.

duche-alsace
Par contre, le troisième duc, Adalric (ou Etichon) est une des personnalités marquantes de l’Alsace médiévale. Choisi dans l’aristocratie, il fut plus puissant que ses prédécesseurs. Ce despote mérovingien a été ambitieux, cruel et sans scrupule. Sa méchanceté envers sa fille Odile reflète la brutalité de ce tyran.
Le duché fut supprimé par Charles Martel, que la puissance des ducs d’Alsace inquiétait, et cette province sera gouvernée par deux landgraves, dont l’un administrait le Sundgau (Suggentenses, Sogotinsis, Sundgeuui) ou la Haute-Alsace, et l’autre le Norgau (Nortgowa) ou Basse-Alsace.

Les Carolingiens

L’avènement de Charlemagne s’accompagne d’importants progrès de la civilisation et de la conversion des peuples soumis à son autorité.

En 843, le traité de Verdun partage l’empire de Charlemagne entre les trois fils de Louis le Pieux. Par ce partage, l’aîné des petits-fils de Charlemagne, Lothaire, reçoit les provinces de la rive gauche du Rhin et le Sundgau se retrouve dans le nouveau royaume de Lotharingie.
Douze ans plus tard, en 855, ce royaume de Lotharingie est lui-même partagé entre les fils de Lothaire qui venait de s’éteindre.
Puis, le traité de Meerssen signé entre les deux frères de Lothaire, Charles le Chauve et Louis le Germanique, accorde l’Alsace à ce dernier.

carte-carolingiens

L’affaiblissement des Carolingiens eut des répercussions fâcheuses sur le Sundgau : les invasions hongroises furent favorisées en Haute Alsace en 917 et 927. Luitfruid V, comte du Sundgau, tomba dans une bataille près de Blotzheim en défendant son pays contre les envahisseurs.
Avec la création de la Francie Orientale*, l’Alsace partagera, durant huit siècles, sa destinée avec celle du Saint Empire Romain Germanique.
A la fin du 9e siècle et au début du siècle suivant, la dislocation de l’empire de Charlemagne favorisera la naissance de la féodalité.

*La Francie Orientale était divisée en quatre duchés :
le duché de Souabe, dont faisait partie le Sundgau (voir carte ci-dessous)
– le duché de Franconie
– le duché de Saxe
– le duché de Bavière

francie-orientale

Et c’est peut-être de cette époque que date la dénomination sundgauvienne, les « Schwowa » (déformation de Souabe ?) pour désigner la population d’Outre-Rhin ?

 

Sources :
– Cette histoire qui a fait l’Alsace, M.-Th. Fischer, Francis Keller, Ed. du Signe, 2009
– Wikipédia
– L’histoire de l’Alsace – de la Préhistoire à nos jours, Philippe Dollinger, Raymond Oberlé, saep, 1985
– Des outils pour l’histoire de l’Alsace, Grégory Oswald, Alsace-Histoire, 2009
– Le Sundgau à travers les âges, Paul Stintzi, Alsatia, 1975

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *