Guillotine et pendaison

 

La guillotine

Cette machine a été utilisée la dernière fois en France en septembre 1977.
On est habitué à attribuer au docteur Guillotin, de Saintes, membre de la Constituante, le peu enviable honneur d’avoir inventé, dans un but humanitaire, l’instrument de mort rapide qui porte son nom, alors que cet engin était connu depuis près de trois siècles. Le docteur a simplement faire revivre un ancien système de décollation tombé en désuétude. Ces machines, dont on peut encore voir les images dans de vieux livres allemands et italiens, ont réellement fonctionné à l’époque de la Renaissance.

guillotine-renaissance

La ré-application de la guillotine en France a eu d’ailleurs comme résultat de débarrasser le pays de l’aspect hideux et sauvage des potences et fourches placées à l’entrée des villes, petites ou grandes, où elles ont laissé leurs noms sinistres aux terrains consacrés aux exécutions et que les gravures de Callot ont fixées dans leur tragique éloquence.

La pendaison

pendaison-gravure-callotCliquez sur l’image pour agrandir

Texte inscrit sous la gravure :
À la fin ces voleurs infâmes et perdus,
comme fruits malheureux à cet arbre pendus,
montrent bien que le crime (horrible et noire engeance)
est lui-même instrument de honte et de vengeance,
et que c’est le destin des hommes vicieux
d’éprouver tôt ou tard la justice des Cieux.

À Altkirch, la colline du gibet, qui faisait partie du petit bois de Saint-Morand, s’appelle aujourd’hui encore Galgenboden (terre de la potence).
Pendaison à Altkirch

Le texte qui suit a été écrit par Charles Goutzwiller et publié en 1897 dans la Revue d’Alsace et raconte la dernière pendaison à Altkirch qui a eu lieu en 1782.

La dernière pendaison à Altkirch eut lieu en 1782. À cette époque reculée, la législation seigneuriale était cruelle et impitoyable pour le vol. Un malheureux paysan de Carspach qui avait volé une cravate en soie à la foire d’Altkirch, fut condamné pour ce minuscule délit, à être pendu.

Et Charles Goutzwiller d’ajouter :

Ma grand’mère Ursule Hanser, qui m’a raconté ce fait, avait alors quinze ans et fut désignée par le curé pour aller quêter, dans la foule des assistants, de quoi faire dire des messes pour le repos de l’âme du malheureux.
Je ne sais si cette pauvre victime d’une justice monstrueuse, qui avait échangé sa cravate de soie contre une cravate de chanvre, en sut gré au curé.

pendaison

Source : extraits de « À travers le passé » de Charles Goutzwiller, article paru dans la Revue d’Alsace – année 1897.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *